Embauche de personnel politique par Lise Thériault: une plainte «non fondée» de la whip Carole Poirier

Lundi, 13 novembre 2017


Le président de l'Assemblée nationale a déposé la semaine dernière un rapport d'enquête du commissaire ad hoc à l'éthique et à la déontologie qui conclut qu'une plainte formulée par la députée de l'opposition Carole Poirier était «non fondée» en ce qui a trait à l'embauche de personnel politique de députés et ministres libéraux.

Le 10 février 2017, la whip en chef de l’opposition officielle (whip) et députée d’Hochelaga-Maisonneuve, madame Carole Poirier demandait au commissaire « de faire enquête sur les manquements que pourraient avoir commis des députés et ministres libéraux en embauchant «d’ex-candidats et d’ex-candidates défaits du Parti libéral du Québec aux postes de conseillers politiques régionaux ».

La whip prétendait qu’en embauchant, à la suite de l’élection générale du 7 avril 2014, quatre ex-candidats et ex-candidates défaits du Parti libéral du Québec pour occuper des postes de conseillers politiques régionaux, les membres et l’ex-membre du Conseil exécutif visés par la
demande d’enquête auraient commis un manquement aux articles 15 et 16 du Code.

Du nombre des personnes visées par Mme Poirier, on comptait le conseiller politique de la ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault, Pierre-Luc Bellerose.

Le rapport conclut «qu'aucun manquement à l'article 36 du Code par les ministres Christine St-Pierre, Lise Thériault, Pierre Arcand, Sébastien Proulx, Jean D'Amour et l'ex-ministre n'a été établi».

La ministre Lise Thériault se réjouit des conclusions du rapport et réitère sa confiance en Pierre-Luc Bellerose.






AUTRES NOUVELLES


Toutes les nouvelles >>



Marie-Josée Demers

lundi, 20 novembre 2017

Geneviève De Sousa

mardi, 7 novembre 2017

Sylvain Morin

mardi, 14 novembre 2017

Ghislain Demers

mardi, 7 novembre 2017