400 travailleuses en CPE étaient en moyen de pression hier: elles n'hésiteront pas à faire de nouveau valoir leurs demandes

Vendredi, 13 octobre 2017


400 travailleuses œuvrant dans plus de 22 installations de centres de la petite enfance (CPE) de la région de Lanaudière étaient en moyens de pression hier et elles n'hésiteront pas à se faire entendre et voir de nouveau si le gouvernement ne règle pas leur convention collective.

Hier, elles avaient entrepris de décorer leur CPE aux couleurs de leurs revendications pour sensibiliser les parents et interpeller le gouvernement sur le fait qu’elles sont toujours sans convention collective depuis 30 mois.

On se rappellera que ces travailleuses ont voté (à 94%) une banque de six journées de grève à utiliser au moment jugé opportun. Pas moins d’une trentaine de séances de négociation amorcées à l’automne 2016 ont permis jusqu’ici de régler les matières dites non pécuniaires.

« En décorant leur CPE, affirme Lili Tremblay, présidente du Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière-CSN, les travailleuses veulent que la partie patronale comprenne l’urgence d’obtenir rapidement un règlement satisfaisant de leur convention collective. Elles se battent ni plus ni moins pour maintenir la qualité des services offerts aux enfants et elles n’accepteront jamais de diminuer leurs conditions de travail qui y sont intimement liées. La partie patronale doit dès lors en convenir. »

Deux autres rencontres sont toujours prévues entre les deux parties, les 24 et 25 octobre à Montréal. Parmi les enjeux figurent la protection de la qualité éducative et le soutien aux enfants ayant des besoins particuliers effectués par des éducatrices et des éducatrices spécialisées, la participation des travailleuses au conseil d’administration et à l’assemblée générale du CPE, les salaires, le régime de retraite, l’assurance collective et les disparités régionales.



AUTRES NOUVELLES


Toutes les nouvelles >>



Marie-Josée Demers

lundi, 16 octobre 2017

Geneviève De Sousa

mardi, 10 octobre 2017

Sylvain Morin

lundi, 16 octobre 2017

Ghislain Demers

dimanche, 22 octobre 2017