Les rêves

jeudi, 3 mai 2018


Êtes-vous du genre à aller lire des blogues le lendemain d’un rêve étrange pour tenter d’en comprendre la signification ?

Moi… Pas du tout… J’ai plutôt compris, avec les années, que c’est l’émotion ressentie dans le rêve qui est révélatrice. Que c’est plutôt le subconscient qui a un trop plein et qui tente de nous faire comprendre certaines choses.
  
Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ? C’est qu’en début de semaine, j’ai fait un rêve… Un sale rêve… J’oserais même dire : un mauzusse de rêve.  En fait, c’était un cauchemar et ça, ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Vous savez, ce genre de rêve qui vous met complètement à l’envers pour toute la journée ? Qui vous rend hyper émotif ?  Dites-moi que ça vous est déjà arrivé !! Que je ne suis pas la seule ?!

Bref, j’ai eu ce genre de cauchemar où je perdais quelqu’un que j’aime de tout mon cœur. Mon garçon, pour ne pas le nommer. C’était la première fois, depuis sa naissance, que je faisais un tel rêve. C’était si réaliste. J’en ai eu pour la journée à m’en remettre…. Tsé, les collègues qui te regardent et te demandent si ça va et toi, pour ne pas éclater en sanglots, tu leur dis : C’est les mauzusses d’allergies ! Pffff

Ma gentille collègue a consulté l’un de ses fameux blogues explicatifs et m’a signifié, qu’en fait, mon cauchemar voulait dire qu’une période difficile allait bientôt se terminer pour faire place à du beau. C’est mignon comme explication, mais je ne vis pas de période particulièrement difficile en ce moment…

Par contre, je sais que mon copain et moi discutons parfois de la possibilité d’accueillir un nouveau membre dans notre famille et que je crains que mon petit garçon ne perde sa place de bébé… Un sentiment qui je suppose est normal lorsque l’on parle de la venue possible d’un deuxième enfant.  

Je comprends alors que mon subconscient a transposé cette inquiétude dans un cauchemar. Il aurait pu me faire part de cette peur avec un peu plus de douceur, mais bon… On ajoute à cela un ti gars qui perce des molaires depuis 4 nuits... Pas beaucoup de dodo…

Bref, j’espère simplement que  mon subconscient se tiendra tranquille pour un petit bout…





COMMENTAIRES


- Il n'y a présentement aucun commentaire sur cet article -


Votre commentaire:


Votre adresse courriel: Votre nom:

Code de protection:





AUTRES ARTICLES


Tous les articles du blogue de Geneviève De Sousa >>



Marie-Josée Demers

lundi, 16 juillet 2018

Geneviève De Sousa

mercredi, 27 juin 2018

Sylvain Morin

lundi, 16 juillet 2018

Ghislain Demers

lundi, 9 juillet 2018